Andrea Bertolacci

#16 - Milieu de terrain

L’arnaque de la décennie ! C’est ainsi qu’est surnommée par les tifosi du Diavolo l’opération qui a conduit Andrea Bertolacci à Milan. Les deux raisons principales à cette appellation résident dans le prix du transfert et les prestations insipides du joueur depuis qu’il porte les couleurs du club.

Rétroactes. Nous sommes en été 2015 et Berlusconi affirme avoir trouvé un accord un investisseur du nom de Bee Taechaubol. Ce dernier serait prêt à racheter des parts du club, à hauteur de 48%. Il s’agit en réalité du premier escroc auquel le club aura à faire, avant l’illustre Li. Sauf qu’en juillet 2015, personne n’a deviné comment l’histoire va tourner. Tout ce qu’on sait, c’est que pour la première fois depuis plusieurs années, Berlusconi est disposé à effectuer un mercato dispendieux, sachant qu’il sera remboursé lorsque Bee amènera le prétendu argent. Il confie donc une centaine de millions à Galliani pour effectuer le mercato, qui s’empressera de dilapider cette somme, allant jusqu’à surpayer.

C’est dans ce contexte qu’Andrea Bertolacci arrive au club, en tant que renfort principal au milieu. Formé à l’AS Roma, il a passé l’essentiel de sa carrière dans des clubs de milieu de tableau de Serie A, et principalement à Gènes. Alors en co-propriété avec son club formateur, les Romains, sentant le coup parfait venir, s’empressent de racheter la moitié des parts du joueur à Genoa pour le revendre plus du double au Milan AC. Galliani, pour sa part, est tout heureux d’annoncer l’arrivée l’Italien de 24 ans au club pour une somme dépassant les 20 millions d’euros.

S’il était évident à ce moment-là que Bertolacci avait été largement surpayé, il était toutefois difficile d’imaginer une telle faillite. Le milieu italien avait tout de même laissé entrevoir de qualités intéressantes à Gènes, grâce à une technique correcte et une capacité à s’infiltrer entre les lignes et marquer régulièrement. Les tifosi ne verront rien de tout cela à Milan. Son autre surnom, « Casper », parle de lui-même. Il serait difficile de dire qu’il effectue des erreurs, puisque le souci principal est qu’il est totalement transparent lors des rencontres, inutile et à chaque fois caché entre les adversaires. Il ne pèse aucunement sur le match, et est impossible à trouver. Pour ne rien arranger, il fait preuve de beaucoup de fragilité, tant mentale que physique, qui lui vaudront de passer de nombreuses semaines à l’infirmerie.

Après un nouveau prêt au Genoa, Bertolacci est de retour au club, et est destiné à rester jusqu’à la fin de son contrat, soit en juin 2019. D’ici là, il semble clair que plus personne ne compte sur lui au club, et chacune de ses rares prestations confortent le sentiment que le Milan AC est une marche bien trop haute pour lui. Il restera dans les mémoires comme le dernier coup catastrophique du condor Galliani.

SaisonAppButsAssistsJauneRougeHdM
SaisonApp.B.Ass.CJCRHdM
2018/2019300100
TOTAL300100
Andrea Bertolacci
Numéro 16
Poste Milieu de terrain
Date de Naissance 11 janvier 1991
Lieu de naissance Rome
Nationalité Italie
Age 27 ans